Les Editions Heimdal ont le plaisir de vous présenter

le magazine SUB-MARINE.

Ce trimestriel de 96 pages aborde toute l’actualité et les principaux sujets du moment couvrant

les forces sous-marines et le secteur naval de défense.

Le magazine suit l’évolution technico-opérationnelle de cette composante,

celle de ses équipements et de ses chantiers navals.

Il dédie chaque numéro un dossier se référant à un thème majeur du secteur.

Actualités janvier 2019

France

Naval Group et ECA Group viennent de nouer un partenariat technologique et commercial dans le domaine de la guerre des mines robotisée. La première application concrète s’est faite dans le cadre de la réponse à la consultation lancée par la Belgique dans le cadre d’une coopération belgo-néerlandaise pour la fourniture de douze chasseurs de mines. Associés dans un consortium constitué pour cet appel d’offres, Naval Group et ECA Group proposent une solution de guerre des mines robotisée innovante et entièrement intégrée à un navire militaire MCM. Au-delà de cette solution, les deux industriels français ont constitué une équipe de maîtrise d’œuvre implantée en Belgique qui s’appuiera sur de nombreux partenaires locaux, avec qui les alliances sont d’ores et déjà nouées.

© ECA Group

Allemagne

La mise en service du Rheinland-Pfalz, second navire de série des nouvelles frégates F 125, a été reportée au premier trimestre 2019. Selon la presse allemande, le navire connaît des problèmes de mise au point, en particulier sur les logiciels du système de combat. Le programme F 125 fait l’objet de nombreuses critiques en Allemagne. Outre des équipements embarqués défectueux et un surpoids de 178 tonnes par rapport au cahier des charges, le prix global du programme aurait atteint 3,1 milliards d’euros, contre 2,2 milliards d’euros initialement prévus. En novembre 2016, la première F 125 de série, le Baden-Württemberg, avait été renvoyée au chantier naval après des essais à la mer non concluants menée par la marine allemande. Construites au chantier naval Blohm & Voss à Hambourg, les frégates F 125 doivent remplacer les quatre navires de la classe Bremen. D’une longueur de 150 mètres pour 19 mètres de large, ces frégates peuvent naviguer à 26 nœuds grâce à une propulsion CODLAG.

© TKMS

Canada

Le gouvernement canadien a donné son feu vert pour la sélection de la nouvelle frégate britannique du Type 26, présentée comme le navire le plus perfectionné dans la lutte contre les sous-marins. Porté par le consortium Lockheed Martin Canada/BAE Systems, le contrat, estimé à 56 milliards de dollars canadiens, vise à construire 15 frégates T-26 au Canada par le chantier Irving Shipbuilding. La part réalisée en Grande-Bretagne concernera principalement l’ingénierie.

Le programme NCC (Navire de Combat Canadien) a pour objectif l’acquisition de 15 navires, qui remplaceront les 12 frégates de la classe Halifax ainsi que les trois destroyers lance-missiles de la classe Iroquois, désormais retirés du service. Selon Lockheed Martin Canada, la construction du premier navire de série est attendue au début 2020 pour une livraison à la fin de la décennie. La frégate T-26, d’un déplacement de 5 400 tonnes et mesurant 148 mètres, sera équipée d’un sonar de coque et d’un sonar remorqué VDS.

© BAE Systems

Argentine

L’épave du sous-marin San Juan disparu le 15 novembre 2017 a été localisée par 907 mètres de fond (à 400 km des côtes de la Patagonie) par le navire Seabed Constructor de la société américaine Ocean Infinity.

Les robots sous-marins opérés depuis le navire ont pu photographier trois débris du sous-marin : massif, gouvernail et lance-torpilles. Le San Juan avait appareillé avec ses 44 marins membres d’équipage du port d’Usahaïa pour rejoindre son port d’attache à Mar del Plata, situé à 400 kilomètres de Buenos Aires. Les familles des disparus demandent aux autorités argentines de renflouer l’épave du navire, une opération complexe et très coûteuse. Le San Juan était un sous-marin diesel-électrique de Type TR-1700 de fabrication allemande. Il avait été modernisé en 2014.

© Marine argentine

Inde

Thyssenkrupp Marine Systems (TKMS) a remporté avec Mazagon Dock Shipbuilders (MDL) un contrat pour la modernisation du sous-marin indien INS Shishumar (Type 205). Le contrat comprend la livraison de nouveaux équipements, la maintenance ainsi que le support technique et les services logistiques sur site sous forme de documentation, de formation et de pièces de rechange. Une clause du contrat stipule une certification de dix ans de la coque du sous-marin en plongée profonde. Ce programme de modernisation aura lieu au chantier naval de MDL à Mumbai (Bombay), et devrait être achevé en 2021. Il est à noter que TKMS avait en 2006 remporté le contrat des missiles Harpoon pour deux autres unités de la même classe : l’INS Shalki et l’INS Shalkul. Enfin, Atlas Elektronik modernise actuellement le système de combat et de détection de ces sous-marins.

© Marine indienne

Indonésie

La Marine indonésienne a reçu deux hélicoptères de lutte anti-sous-marine AS565 MBe Panther supplémentaires. Les aéronefs, avec le numéro de bord HS-4203 et HS-4204, ont intégré la 400e escadrille du Air Wing 1. L’Indonésie a signé un contrat avec Airbus Helicopters en novembre 2014 pour la livraison de onze appareils de ce type. La société indonésienne PT Dirgantara Indonesia réalise l’assemblage final, l’installation des équipements de bord, les tests et la certification. Les hélicoptères possèdent des systèmes de détection de sous-marins (sonar trempé HELRAS) ainsi que des lanceurs de torpilles. Ce sont les troisième et quatrième AS565 MBe Panther remis à la Marine indonésienne. Les deux premiers appareils avaient été acheminés à PT Dirgantara Indonesia en mars 2017 pour l’équipement final. Ces deux premiers appareils avaient pris part à la commémoration du 72e anniversaire des forces armées le 7 octobre 2017.

© Marine indonésienne

Philippines

Une délégation de la Marine philippine, durant sa visite en Russie sur la base navale de Vladivostok de la Flotte du Pacifique, est montée à bord du sous-marin diesel-électrique B-187 Komsomolsk-sur-Amour du Projet 877 Paltus, Kilo en dénomination OTAN. Composée de seize militaires et huit civils, la délégation a pris connaissance du fonctionnement du navire et de ses capacités opérationnelles. Les Philippines cherchent à acquérir au moins deux sous-marins à propulsion classique. D’après les annonces officielles, la procédure de sélection sera réalisée sur un délai de douze mois. La Russie a déjà déclaré qu’elle peut mettre à disposition des Philippines un crédit à des conditions privilégiées.

© Marine russe

Russie

Le groupe naval russe OSK a débuté les travaux de réparation et de modernisation du sous-marin nucléaire lanceur d’engins K-117 Briansk. Le bâtiment est le cinquième navire du Projet 667 BDRM Delfin, Delta IV en dénomination OTAN. Mis en service en 1988, il fait partie de la Flotte du Nord. Entre 2002 et 2008, il a déjà suivi une remise à niveau au chantier naval de Zvezdotchka. La nouvelle campagne de réparation, avec une partielle modernisation, vise le prolongement de la durée de vie opérationnelle de cinq ans. Les travaux devraient se poursuivre jusqu’en 2020-2021. Tous les bâtiments de la classe Delta IV suivent les travaux de remise à niveau périodiques, dont le premier, le K-114 Toula, a été remis à la marine dans le courant de 2018.

© Marine russe

Sommaire du numéro

nec mattis nunc massa ut vel, risus mattis