Les Editions Heimdal ont le plaisir de vous présenter

le magazine SUB-MARINE.

Ce trimestriel de 96 pages aborde toute l’actualité et les principaux sujets du moment couvrant

les forces sous-marines et le secteur naval de défense.

Le magazine suit l’évolution technico-opérationnelle de cette composante,

celle de ses équipements et de ses chantiers navals.

Il dédie chaque numéro un dossier se référant à un thème majeur du secteur.

Actualités octobre 2019

France

À compter de 2021, la frégate Courbet de type La Fayette (FLF) bénéficiera d’une modernisation avancée de ses équipements. Une attention particulière sera donnée à l’évolution des systèmes informatiques et électroniques du bord. Un point fort de cette refonte à mi-vie portera sur l’ajout d’un sonar de coque, dotant la FLF de capacités nouvelles de lutte sous la mer. L’armement devrait également profiter d’évolutions notables avec, par exemple, l’installation d’un système de défense anti-aérien SADRAL armé de missiles Mistral, en remplacement du CROTALE actuel. Cette modernisation permettra de régénérer en profondeur le potentiel de ce bâtiment de combat, jusqu’à l’horizon 2030. Admise au service actif en 1997, la frégate de type La Fayette Courbet est un bâtiment de combat polyvalent capable d’opérer seul ou au sein d’une force navale. Grâce à sa conception furtive, ses équipements, son autonomie et son hélicoptère embarqué de type Panther, elle peut opérer dans tout type de mission : opérations spéciales, recueil de renseignement ou encore lutte contre les trafics illicites.

© Marine nationale

France

Après 35 ans de bons loyaux services, le Saphir a tiré sa révérence. Le Saphir (S 602), l’un des premiers sous-marins nucléaires d’attaque français, va être désarmé et démantelé à Cherbourg. Une opération – supervisée par la Direction générale de l’armement – qui s’annonce longue car, pour désarmer un SNA, il faut retirer le cœur nucléaire, rendre inerte la partie concernée du bateau et mettre en place une coque de sécurité. Le sous-marin devra intégrer ensuite la filière de déconstruction des anciens sous-marins nucléaires français. Deuxième de série de la classe Rubis, le Saphir fut mis en chantier en septembre 1979 et admis au service actif le 6 juillet 1984. Lors de sa longue carrière opérationnelle, le sous-marin a parcouru 1 200 000 nautiques et passé plus de 120 000 heures en plongé.

© Marine nationale

France

Le commandant de la Force d’action navale a fait reconnaître le CF Pierre Lachard comme premier commandant de l’équipage B de la FREMM Aquitaine.

L’Aquitaine est la première FREMM, avec le Languedoc basée à Toulon, à bénéficier de l’évolution au double équipage. Cette disposition inédite pour des frégates offrira aux équipages affectés sur FREMM davantage de visibilité et de stabilité quant à la programmation de l’activité opérationnelle à la mer. Pour les marins concernés, elle permettra de mieux concilier vie privée et vie professionnelle et de pouvoir construire une progression de carrière plus souple et mieux intégrée. Sur un rythme de relève tous les 4 mois, les deux équipages A et B vont alterner entre une période de « prise en charge » de la FREMM, conduisant des opérations et activités à la mer, et une période dite « en préparation » à terre, permettant la régénération de l’équipage, une préparation opérationnelle, ainsi qu’une contribution au maintien en condition opérationnelle.

© Marine nationale

Roumanie

Les autorités roumaines ont annoncé la sélection de Naval Group et de son partenaire Santierul Naval Constanta (SNC) pour le programme de construction de quatre nouvelles corvettes multi-missions Gowind, de modernisation des frégates T22 et de création d’un centre de maintenance et d’un centre de formation.

Avec ce programme, la Roumanie bénéficiera de toute l’expérience de Naval Group et du design Gowind, déjà choisi par plusieurs marines dans le monde. La plate-forme et son système de combat, y compris le système de management de combat (CMS) Setis, offrent un ensemble complet de capacités de dernière génération, aux standards OTAN et combat-proven, pour la lutte anti-surface, la lutte anti-sous-marine et la lutte anti-aérienne (AAW).

© Naval Group

Allemagne

La première F 125 de série – le Baden-Württemberg (F 222) de la marine allemande – a été officiellement mise en service le 17 juin dernier. La nouvelle frégate, initialement livrée en novembre 2016 par TKMS, avait été renvoyée en 2017 chez son constructeur en raison de problèmes techniques. Le programme F 125 fait l’objet de nombreuses critiques en Allemagne. Outre des équipements embarqués défectueux et un surpoids de 178 tonnes par rapport au cahier des charges, le prix global du programme aurait atteint 3,1 milliards d’euros, contre 2,2 milliards d’euros initialement prévus. Construites au chantier naval Blohm & Voss à Hambourg, les frégates F 125 doivent remplacer les quatre navires de la classe Bremen. D’une longueur de 150 mètres pour 19 mètres de large, ces frégates peuvent naviguer à 26 nœuds grâce à une propulsion CODLAG.

© Bundeswehr

Suède

Le 19 juin 2019, le chantier Saab Kockums de Karlskrona a procédé à la remise à l’eau du sous-marin Uppland après une refonte à mi-vie qui a duré un an. Comme son sistership, le Gotland, le sous-marin a été allongé (tronçon de coque de 2 mètres) en vue de recevoir le nouveau système de propulsion anaérobie (AIP) Stirling Mk3, qui remplace le Stirling Mk2. Outre le système AIP, l’Uppland a reçu de nouveaux équipements (mâts optroniques et sonars) développés pour le programme A 26 de la marine suédoise. D’un déplacement de 1 500 tonnes, les trois sous-marins Gotland (type A 19) sont en mesure de naviguer en plongée pendant une durée de trois semaines à la vitesse de 5 nœuds.

© Saab Kockums

Inde

Le ministère indien de la Défense a lancé un appel d’offres d’une valeur de 291 millions de dollars pour l’acquisition de 100 torpilles lourdes destinées aux sous-marins Scorpène (classe Kalvari) de la marine indienne. À ce jour, les consultations ont été faites auprès de fournisseurs étrangers – France, Allemagne, Suède et Russie. L’agence de recherche et de développement pour la défense (DRDO) souhaite aussi employer la nouvelle torpille lourde pour équiper ses bâtiments de surface. Les deux sous-marins nucléaires de la classe Arihant ont besoin également de nouvelles torpilles. Ils sont actuellement équipés de torpilles anciennes moins efficaces. Pour rappel, l’italien WASS avait signé un contrat avec l’Inde pour la vente de 98 torpilles lourdes Black Shark mais celui-ci a été annulé en 2017 à la suite d’une affaire de corruption avec Finmeccanica (maintenant Leonardo), la maison mère de WASS.

© Leonardo

Russie

Le SNA russe K-186 Omsk du Projet 949A Anteï, Oscar-II en dénomination OTAN, a regagné la flotte du Pacifique. Le navire a suivi un programme de remise à niveau et de modernisation qui a duré près de quatre ans. Les travaux ont été réalisés dans le chantier naval Zvezda de Primorie. Au début du mois d’août, le SNA a regagné sa base navale de Vilioutchinsk, située sur la presqu’île de Kamtchatka. Son retour a été précédé d’une campagne de tests de navigabilité et de plongée, y compris jusqu’à une profondeur maximale de 500 mètres. Le K-186 Omsk a été construit entre 1989 et 1993. Sister-ship du SNA K-141 Koursk, sa longueur est de 154 mètres, son déplacement en plongée de 23 860 tonnes et sa vitesse maximale de 33 nœuds. Son armement est composé de 24 missiles anti-navires P-700 Granit. Durant sa modernisation, le K-186 Omsk a reçu les missiles anti-navires P-800 Oniks et les missiles de croisière Kalibr, augmentant significativement ses capacités d’attaque contre les bâtiments de surface et les objectifs au sol.

© VNF

Sommaire du numéro

vulputate, luctus commodo ipsum diam Praesent accumsan vel, efficitur. ultricies